Une saison 3 ?

L’internet fourmille d’articles sur la saison 2 de 13 Reasons Why et j’ai décidé de rajouter ma pierre à l’édifice !
Pour ceux qui seraient passés à côté de la première saison : 13 Reasons Why c’est l’histoire d’Hannah qui vient de mettre fin à ses jours mais qui, avant, s’est assurée que son histoire soit racontée. En effet, elle laisse à un de ses amis un paquet un peu spécial puisqu’il s’agit de cassettes enregistrées où elle nous livre les raisons de son suicide. Les cassettes sont transmises à son entourage dans un ordre particulier, qu’elle aura décidé. Hannah reprend le contrôle. À la fin de la saison 1, nous savions déjà tout. Qui sont le ou les réels coupables et quelles sont les persécutions qu’a subi Hannah. Mais alors on attend quoi de la saison 2 ?
Pour ma part, je m’attendais simplement à suivre le procès des parents d’Hannah contre le lycée, pour négligence, mais en fait il y a beaucoup plus. Le gros plus de cette série, je trouve, ce sont ses acteurs, pour la plupart inconnus du grand public, ils sont tout simplement géniaux. Les personnages qu’ils interprètent ne sont pas clichés, ils sont profonds et ont une histoire. On le découvre d’autant plus dans cette saison. De nombreux éléments qu’Hannah n’avait pas laissés sur les cassettes surgissent lors du procès. Cela donne une profondeur aux personnages qui sont loin d’être manichéens. Le challenge de la saison deux était de remplacer les cassettes qui donnaient le fil conducteur de la saison 1. Du coup, dans la saison 2, le fil conducteur était tracé par les témoignages des élèves au procès, ponctués, de flash-back >> on découvre des histoires dans l’histoire principale.

Il y a beaucoup de références au rapport homme/femme, à la réputation et à la culture du viol. On ne peut pas s’empêcher de faire un lien évident avec l’actualité et au hashtag #metoo… Surtout un moment de la série où chaque femme présentes au procès témoignent d’une agression sexuelle qu’elle a subi. On se rend alors compte que la presque totalité des femmes présente dans la série en a subi. 

     Le scénario est un peu moins là que dans la saison précédente, mais l’écriture rattrape bien les choses. Pour cette saison, il y a encore une fois des scènes choquantes et dérangeantes, difficilement regardables. J’ai du éteindre l’épisode pour être honnête. J’ai lu un article des réalisateurs qui se sont exprimés notamment sur une scène de la saison 2. Ils disent qu’elle est utile pour montrer ce qui est très peu évoqué dans les lycées par honte, et ici, d’un point de vue scénaristique pour provoquer l’empathie du public. Il ne faut pas oublier que la série a pour but de prévenir le harcèlement scolaire et d’avertir sur les risques que cela engendre. Un dispositif à été mis en place ainsi qu’un site web à contacter si l’un de nos proches est touché. Juste Ici.

Et toi t’en a pensé quoi de cette saison ? Des bises 

I Will always love you

       La très grosse surprise Netflix d’automne 2018, c’est bien celle-là ! Moi, qui ne suis pas du tout partisane des séries de complots politiques, je crois que Bodyguard a changé la donne. 

      David Budd (alias Robb Stark) est un ancien militaire revenu d’Afghanistan avec un choc post-traumatique. Il est devenu policier, spécialisé dans la garde rapprochée. Dès le premier épisode, il déjoue un attentat dans le train qui le ramène chez lui avec ses enfants. C’est grâce à cet acte héroïque qu’il se fait connaître. Du coup, une nouvelle mission lui est assignée : assurer la protection de Julia Montague, ministre de l’Intérieur du Royaume-Unis. On apprend aussi au fil de l’histoire que ces deux personnages ne partage pas la même opinion politique et qu’elle fait partie des personne qui ont voté pour l’armée britannique en Afghanistan. Peu à peu, on se rend compte qu’en plus de la menace terroriste toujours présente un complot est mené contre la ministre. 

      Venons-en à mon avis. On va commencer par les points positifs (avec quelques spoil qu’il faudra surligner pour lire). J’ai beaucoup aimé les acteurs principaux, j’ai trouvé que Richard Madden et Keeley Hawes fonctionnait vraiment très bien ensemble. Sur certaines scènes, le dialogue n’est pas nécessaire pour nous faire comprendre ce qu’il se passe à l’écran tellement les acteurs sont habités par leur personnage. Ensuite, j’ai beaucoup aimé la tournure que les choses prennent au fil des épisodes. (Notamment après la mort de la ministre : à partir de là un complot est mené pour faire porter le chapeau à David Budd, j’ai trouvé ça intéressant à suivre malgré le côté politique)

      Ce que j’ai également bien-aimé, même si ça m’a un énervé puissance 1000, c’est l’interrogatoire de la fin ou on apprend que la femme qu’il a sauvé dans le train est complice depuis le début ! Son attitude change à mort, la meuf passe d »aucune confiance »  à “Béyoncé” en 2 secondes ! ) 

      Ce que j’ai moins kiffé, c’est la relation qui devient de plus en plus intime entre les deux personnage, je pense que ce n’était pas nécessaire pour l’intrigue. (Je pense que ça aurait été plus fort de mettre en exergue un autre type de relations que celle-là. David aurait quand même enquêter sur la mort de Julia même s’ils n’avait pas coucher ensemble et du coup les liens qui les reliraient aurait étaient différents et peut-être, plus émouvant ) 

     En bref, Bodyguard, c’est un thriller politique duquel on a du mal à décrocher. La tension est à son comble plus d’une fois dans la série. 

Alors, ça vous a plus Bodyguard ?