The Hauting of Hill House

      Je l’ai binge watché et adoré, The Haunting of Hill house est beaucoup plus qu’une série de manoir hanté. Nous sommes en compagnie du couple Crain qui emménage dans une énorme maison avec ses cinq enfants dans le but de la retaper et la revendre. Peu à peu, des événements étranges viennent ponctuer leur quotidien jusqu’à provoquer la mort de leur mère. Après cette tragédie, la famille quitte précipitamment Hill house et leur père ne dira pas un mot à propos de cette nuit où ils les a emmené loin de cette maison.
      Trente ans plus tard, la maison les rappelle à elle. Chaque membre de la fratrie possède sa propre vie, mais surtout ses propres névroses. Ils ont tous un métier qui les rapporte à leurs expériences surnaturelles de l’enfance. Un écrit des romans d’horreur et raconte leur propre histoire, une est devenue croque-mort, et l’autre psychologue pour enfant (qui voient eux aussi des trucs bizarres), les deux jumeaux, eux, sombrent dans la drogue pour Luc et dans la dépression pour Nell qui se suicide dans le premier épisode. Cet événement réveille des traumatismes enfouis et permet à la famille de se réunir afin de tirer les choses au claire sur la mort de leur mère, celle de Nell et surtout sur la maison.
      Puisque chacun a vécu des choses paranormales dans ce manoir, mais personne n’en parle. Les fois où cela est évoqué au sein de la fratrie, on parle de troubles psychotiques. Alors qu’ils auraient juste fallu mettre en commun leurs histoires pour comprendre ce qui se passait.
      A la façon de This is us, cette série nous peint une fresque familiale, un peu plus tragique, certes, mais avec le même ficelage. Une famille qui a beaucoup de mal à communiquer, beaucoup de mal à accepter les choses qui se sont passées. Le scénario est habilement écrit afin que les récits se superposent à merveille. Il y a des Flashbacks à des époques différentes, mais les deux temporalités principales sont l’avant mort de leur mère et après le suicide de leur sœur. ( je ne spoil rien c’est dans l’episode 1).

      Cette série fait partie des bonnes surprises Netflix, je ne m’attendais pas à quelque chose d’aussi addictif. Le plus intéressant est d’observer les caractères de chacun et les liens qui les rassemblent. Les personnages ne sont pas aussi superficiels que dans un film de maison hantée. Le format permet de mieux les connaître et de s’y attacher. L’utilisation des Flashback est de plus en plus récurrente dans les séries du moment ça commence à lasser ( 13 reasons why / Elite / This is us … ), mais ici cela prend tout son sens à la fin.

      Bref, j’ai vraiment été étonnée d’apprécier autant une série comme celle-là ! Je la conseille aux amateurs du genre, il y a quand même certains passages à ne pas regarder seul et dans le noir !

Des bises

RIP Dan Humphrey

      Attention Spoil, Penn Badgley n’est pas Dan Humphrey et ne cherche pas à reconquérir Serena. Et oui ! Même si ça parait improbable, on va apprendre à oublier le garçon solitaire de Gossip Girl puisque ici, il incarne le rôle de Joe. Joe est un libraire, cultivé, charmant, attentionné, mais le seul inconvénient, c’est qu’il est légèrement psychopathe sur les bords. 
Nous nous situons exactement dans la tête de Joe. Nous l’entendons penser et parler dans sa tête à Beck. Beck est sa nouvelle cible. Après l’avoir aperçue dans les rayons de sa librairie, Joe a fait une fixette sur elle. Jusque-là rien de perturbant. Sauf que, petit à petit, il va squatter devant l’appart de Beck, il va trouver des subterfuges pour rentrer chez elle et fouiller ses affaires, il va voler son téléphone et suivre ses moindres gestes. Mais malgré tout ça Beck ne se doute de rien et finit par tomber amoureuse de Dan euh… Joe plutôt. Au fil des épisodes, on va vite se rendre compte que ce n’est pas un très bon petit copain, mais que ce n’est pas non plus un très bon psychopathe. Oui, on nous dévoile petit à petit des flash-back de l’enfance de Joe qui nous laisse entrevoir quelques “explications” mais les grosses révélations sur son passé seront réservées pour la saison 2, sans aucun doute. Penn Badgley joue à perfection son rôle, c’est lui qui porte la série. Malheureusement on s’attache tellement au personnage qu’on ne veut pas qu’il se fasse attraper, on veut que Beck reste avec lui est tombe amoureuse. C’est flippant quand même. Le personnage de Beck, tout au contraire n’est pas porté par l’actrice qui m’a un peu déçue. Beck n’est pas aussi intéressante que l’on espérait et on ne s’en fait pas assez pour elle. Je ne sais pas si c’est l’effet voulu mais Beck je m’en fiche, je veux juste que Joe s’en sorte. C’est affreux ! 
       L’effet que procure la voix Off au début est assez troublant. C’est glauque et pervers. Après, on finit par s’y faire. Ça aussi, c’est bizarre. 🙂  Le rythme de la série est tel qu’il faut pour avoir envie de Binger / binge watcher l’intégrale en une journée. (ce que j’ai fait d’ailleurs) . Il y a beaucoup de facilité scénaristique qui lui permette de s’en sortir toujours à deux doigts d’être démasqué. 
      Partie avec de tout petits spoilers, je vous parle de quelques personnages que j’ai bien aimé >> à surligner pour lire: Shay Mitchell joue Peach et ce nom lui va très bien, elle est insupportable de A à Z, même quand on apprend qu’elle convoite Beck autant et de la même façon que Joe, elle me saoul. Il s’agit de l’équivalent de Joe en femme, elle aussi est fascinée par Beck mais je la vois seulement comme une concurrente de Joe. Et on n’a pas envie qu’elle gagne. J’aime beaucoup l’histoire avec Paco qui nous permet d’en connaître plus sur l’enfance de Joe. Paco représente Joe plus jeune et Joe représente l’affreux libraire qu’il a eu pour tuteur. La boucle et bouclée. Cependant, on se rend compte que Joe ne souhaite pas faire pareil avec Paco, il préfère lui épargner ce type de vie angoissante. 
En gros You, j’ai bien aimé, malgré les quelques facilités qui ont été prises et qui rendaient l’histoire un peu trop facile. C’est troublant, car pour ma part, j’ai été du côté du psychopathe du début à la fin, je voulais le voir s’en sortir. Au fonds, il est attachant et le jeu d’acteur de Penn Badgley sublime le tout. 
On a tellement entendu parler de cette série, est ce que vous l’avez regardez ? Alors vous en avez pensez quoi ? Je suis curieuse de connaître vos personnage préféré et si comme moi, vous avez pris partie pour Joe. Dites moi tout. 


Des Bises

Black mirror

Saison 5 confirmée, à cette occasion un petit topo sur : pourquoi Black Mirror déchire tout et mérite d’être vue et réfléchis !
Black Mirror c’est un reflet de notre société en version exagérer ou pas. Et c’est bien pour ça que cette série fait partie des plus troublantes que j’ai vue pour l’instant avec Handmaid’s Tales. En fait, toutes ces anticipations autour du devenir de notre société me font un peu peur, j’avoue, plus les choses sont probables, plus ça me fait flipper. Et là, chaque épisode me fait bader puissance 1000. Je me demande à chaque fois quel épisode sera la version la plus proche de notre futur. Ça devient dérangeant et vraiment déroutant quand vient le moment où on se dit : mais en fait tous ça, c’est un peu comme maintenant. Parce que même si les ambiances changent et les sujets paraissent lointains, il y a toujours un détail, une façon de penser et de réagir qui nous ramène à notre mode de vie actuel.
Avec ces épisodes de 50 min indépendants les uns des autres, on savoure chaque épisode comme un bon film d’anticipation. L’épisode de clôture de la saison 4 est particulièrement saisissant, il nous expose des histoires de crimes liés aux nouvelles technologies, une sorte d’anthologie avec une fin peu utile à mon goût. Enfin bon, comme à chaque épisode, une nouvelle histoire nous est racontée, je propose de vous exposer mon top 3 des épisodes toutes saisons confondues.


En 3 ème position l’épisode 2 de la saison 4 « Archange ». Où les avancées technologiques permettent à une maman parano de suivre tous les faits et geste de sa fille. En effet durant son enfance une puce à été greffé sur sa fille et transmet toutes les infos santé, localisation, fréquentation, etc.

      En seconde position l’épisode 1 de la saison 3 « Chute Libre » avec la sublime Bryce Dallas que l’on a retrouvée dans Jurassic World en 2015. On est immergé dans une société comme la notre à la seule « différence » qu’ici tout le monde utilise une application de type Instagram. Grâce à cette application, chacun doit amasser le plus de Like afin d’augmenter sa note pour pouvoir obtenir des privilèges ou simplement vivre normalement. Toute la population, les entreprises, l’état, etc se fient à cette application, tout tourne autour de l’apparence, la popularité et les préjugés.

      En 1 ère position l’épisode 1 de la saison 2 « Bientôt de retour » un jeune couple emménage dans une belle maison de campagne. Hélas, le lendemain, le jeune homme a un accident de la route et ne survie pas. Mais dans ce futur, il existe un service qui permet de restituer la personnalité d’un être cher grâce à ses historiques, ses posts Facebook, commentaires etc . Son épouse va faire appel à ce service et découvrir la personnalité virtuelle de son défunt époux. 

Black Mirror donne lieu à pleins de réflexions, de cafés philos ou de discussions/débats autour de quelques verres. Elle concerne tout le monde. En gros, s’il y a une série à ne pas louper, sincèrement, je pense que c’est celle-là !


Tchuss Des Bises les amis/es