Ecoutons des podcasts #1

Ici, on commence l’année en février, pas de problèmes. Bonne année à tous. 

On commence en 2021 avec un article qui traîne un peu, éparpillé par ci, par là sur quelques feuilles de brouillon. Je vous parle aujourd’hui des podcasts que j’adore et surtout des podcasts féministes qui finalement sont mes préférés. J’y peux rien, ils sont géniaux.  

Comme la moitié de la population mondiale, j’ai succombé au phénomène des podcasts en 2016. C’est pratique, on en a toujours un sur le smartphone, pour écouter en salle d’attente, en voiture ou en repas de famille quand ça devient un peu lourd. Le montage est simple et accessible et de plus en plus de passionnés se mettent à créer leurs propres podcasts et ça c’est agréable. Ecouter des gens passionnés qui parlent de choses qu’ils connaissent ça nous change de certaines émissions TV. Du coup, on y retrouve une multitude de sujets qui vont du transit intestinal (produit par Hépar, c’est pas une blague), au cinéma d’auteur sur France Inter. Chaque podcast est différent et fait preuve d’originalité de forme ou de montage. On devient très vite accro, sur le même système que la série TV, on veut connaître ce qui se passe au prochain épisode.  

Actuellement, la production de podcast natif est florissante. Et en fouillant un peu on se rend compte qu’une grande partie de l’offre concerne le bien être, le développement personnel et le féminisme (en même temps comment passer à côté ? il concerne tous les sujets possibles de nos quotidiens). Binge audio, Louie Média, Nouvelles écoutes ou Arte et France Inter, tous les réseaux possèdent leur propre podcast de féminisme.

Les femmes ont trouvé ici une place qui ne leur était pas, peu accordée sur les autres médias. La majorité des podcasts actuels sont d’ailleurs présentés par des jeunes femmes. Dans toutes les grandes vagues féministes les médias ont joué un rôle, aujourd’hui j’ai l’impression que c’est au tour du podcast. On est parti du principe que le féminisme faisait partie du passé car les droits civiques et politiques sont acquis, la troisième vague féministe vise à chasser le sexisme du quotidien et les mentalités préconçues. 

Equipe de Louie MEDIA

Il offre un espace de discussion où les femmes peuvent parler sans être coupées et où seul le message est important. Seul le contenu compte. Et ça on aime, vu l’orientation que prend la médiatisation des femmes et de leurs corps ça fait du bien de couper l’image. Le podcast offre un lieu de parole sans tabou et intime qui permet d’aborder des sujets complexes, non/peu visibles dans d’autres médias. 

Vous l’aurez compris, je suis tombée sous le charme de ce format. Et le féminisme s’est bien emparé de ce média qui devient un outil de lutte contre le sexisme ordinaire. Eveiller sa conscience sur des sujets comme celui-là, nous permet d’avoir quelques billes pour affronter les remarques du quotidien ou le fameux pote relou qui va crier feminazi dans le fond de la salle. Et même si je me fais des films, ça permet quand même de passer un petit moment molletonné avec, la plupart du temps des découvertes plutôt chouettes.  

Est ce que je t’ai convaincu ? 

Pas tout à fait ? La suite arrive la semaine prochaine. 

Des Bises

Les filles de Salem


Les Filles de Salem
 – Thomas Guibert 
Editions Dargaud – 200 p. – 22 Euros


1692, Salem, en Nouvelle-Angleterre. Abigail a 17 ans et nous livre sa vision du procès des sorcières de Salem dont elle a été victime. A travers son histoire, elle nous plonge dans la misère et la détresse de tout un village où peur et suspicion sont quotidien. Même si le rapport à l’histoire n’est pas très correct sur certains points on retrouve des personnages comme Tituba, le révérend Parris, Abigail Hobbs. Il y a des passages qui sont très violents et cette violence est retranscrite dans le dessin. C’est une lecture intense qui passe un message important (qu’il ne faut pas oublier) concernant l’hystérie généralisée engendrée par le désespoir.

Ma lecture était vraiment très agréable car en parallèle j’ai lu Sorcières, la puissance invaincue des femmes de Mona Chollet. Avant ma lecture j’ai également écouté le Podcast La Poudre, les épisodes sur les sorcières 1 et 2 qui parlent justement du livre de Mona Chollet et du personnage de Tituba que l’on retrouve dans la Bande-dessinée.

   Si vous ne connaissez pas ce podcast je vous le conseil x 1000. En ce moment les podcasts prolifèrent, on ne sait plus trop où donner de la tête, mais si il y en a un à écouter à propos de femmes et de féminisme c’est lui. La Poudre c’est un petit cocon et une présentatrice qui rend les moments d’écoute très doux et très intimes. Différents thèmes y sont abordés avec comme point central la femme. Elle termine toujours ces podcast avec ca petite question  » La poudre, ça représente quoi pour toi ?  » Et j’ai adoré la réponse de Mona Chollet qui nous dit que la poudre peut représenter la poudre à canon mais aussi la poudre que l’on met sur le visage. Une petite dédicace à tous les mouvements féministes qui éclatent en ce moment.

Voilà, voilà, est-ce que vous avez eu l’occasion de lire cette BD ou d’écouter ce podcast, qu’en avez vous pensé ? Des conseils lectures dans le même genre ?

Des Bises les amis